Conférence des élus de Meuse-Condroz-Hesbaye

Conférence des Elus de Meuse-Condroz-Hesbaye asbl

 

 

 

Le Schéma de Développement Territorial

 

Un principe de base – La complémentarité

 

La concurrence entre les territoires génère l’inertie, par manque de moyen, par manque d’ambition, par manque de cohérence… c’est la garantie de rester isolé et ignoré de tout et de tous. Aujourd’hui, les territoires doivent s’unir pour exister. C’est bien dans ce principe fondamental de complémentarité en transcendant toute logique de concurrence que la mise en place d’un projet de développement territorial doit se construire.

 

Le Schéma de Développement Territorial se construit par addition de plusieurs composantes :

 

  • La trame éco-servicielle ;
  • Les vocations territoriales ;
  • Les couloirs de mutabilité ;
  • Les périmètres de centralité ;
  • La hiérarchie des pôles ;
  • Les axes modes doux et transports en commun.

 

 

 

 

La notion de trame écoservicielle

 

Le territoire offre des richesses, qui peuvent être utiles de manière directes ou indirectes à l’Humain : la richesse liée au sol, celle liée au réseau écologique et celle liée au paysage, résultante notamment des deux ressources précédentes.

 

  • La richesse liée au sol est un atout économique majeur pour Huy Waremme.

  • La richesse liée au réseau écologique est très peu appréhendable par l’homme. Le territoire de Huy Waremme dispose d’une trame verte et bleue relativement riche, qu’il doit préserver en mettant en place des zones de noyaux d’habitats naturels, là où il y a présence importante d’espèces, et connecter celles-ci via des liaisons.

  • La richesse liée au paysage (bâti et non bâti), est également valorisable économiquement, mais de manière plus indirecte. Elle représente un atout majeur pour le territoire. Elle est la résultante des ressources du sol et du réseau écologique. Afin de la préserver et de la valoriser d’un point de vue touristique, il convient tout d’abord de limiter l’urbanisation sur les crêtes, d’éviter l’étalement en ruban ou encore de densifier les centres.

 

 

 

Les vocations territoriales

 

Un principe : l’intensité territoriale

 

La carte des vocations territoriales se construit à partir d’un principe : l’intensité territoriale. Celle-ci est basée sur trois dimensions :

 

  • La densité en terme de logements/ha ;

  • La fonctionnalité, appréhendée à travers la diversité et l'importance des différentes fonctions
       et services ;

  • La valeur environnementale (bio-diversité, paysages, patrimoine, ressources naturelles,…)
       aussi appelée éco-servicielle.

 

Les schémas d’intensité territoriale montrent de quelle manière le territoire s’organise actuellement, et quelle est l’organisation projetée « idéale ».


Actuellement, le territoire n’est pas organisé de manière efficiente, chaque « type de territoire » est en état de « flottement » sans aucune hiérarchisation et volonté de densification.

 

  • L’hypercentre doit être densifié mais doit surtout accueillir davantage de fonctions
       structurantes.
  • Les espaces résidentiels doivent être densifiés.
  • Les pôles locaux et urbains doivent être densifiés et accueillir des commerces, services de
       proximité et fonctions structurantes.
  • Les aires rurales peuvent être déclinées en différents espaces : villages à préserver, paysages
       à préserver, ressources naturelles,...